· 

Cigéo/Bure : les infos estivales incontournables en articles et en images !

Les évènements du moment !

 

C’est en ce moment : du 6 au 8 août, final de l’Atomik Tour à Dijon !

 

Après un extraordinaire périple qui a duré plusieurs mois, l’Atomik Tour se pose à Dijon pour son final et pour un intercomités aux Tanneries ! ça commence ce soir par une projection, se poursuit demain mercredi 7 avec un temps consacré aux actualités de la lutte à Bure et du projet Cigéo, puis au bilan de l’AT et aux perspectives qui s’ensuivent ! Jeudi 8, il s’agira plutôt de réfléchir à comment s’organiser, localement, et de manière décentralisée. Toutes les infos ici : https://atomik-tour.org/atomik-tour-the-final-et-interco/

 

 

C’est ce week-end : du 9 au 11 août, les Bure’lesques à Hévilliers !

 

Lancement des Bure’lesques ce week-end, avec une prog du tonnerre ! Durant trois jours, pas de temps mort : concerts, spectacles, bal folk, conférences/débats, projections de films, c’est du non stop et il y en aura vraiment pour tous les goûts ! Un large temps sera également laissé à l’artistique et à la créativité avec de belles surprises ! Bref, c’est immanquable ! Toutes les infos pratiques et programme détaillé avec les horaires ici : https://burefestival.org/

 

Les actus

 

Édifiant : le rapport de la Cour des Comptes sur le coût de l’aval du cycle du combustible !

 

Bimbadaboum ! Irréaliste et sous-estimé = projet low-cost !
On aborde souvent la question des risques de Cigéo ou de la foutaise démocratique, mais peut-être pas assez celle de l'aspect financier. Dans son rapport sorti le 4 juillet sur "l'aval du cycle du combustible nucléaire", la Cour des Comptes apporte quelques éléments cruciaux sur le coût de Cigéo : 


- elle considère que le chiffrage de 25 milliards fixé par arrêté ministériel n'est pas réaliste, notamment parce qu'il ne prend pas suffisamment en compte les aléas ; dangereux, et arrogant ! 
- elle rappelle que l'inventaire des déchets est loin d'être fixé et que le scénario qui mène à ces 25 milliards, en plus de ne pas être réaliste, pourrait bien être obsolète : notamment en cas d'arrêt du retraitement qui ferait croître les quantités de déchets ou en cas d’un stockage des combustibles usés qui n'était pas prévu initialement. On apprend que la Cour a demandé aux promoteurs du projet d'envisager de nouveaux scénarios (par exemple dans l’hypothèse probable où il y aurait à stocker plus de déchets que prévu, ce qui aurait pour conséquence de gonfler le coût), mais EDF et le Ministère de l'environnement ont déjà refusé un redimensionnement du projet ! Il faut dire que le rapport souligne justement que tout renchérissement du coût du projet aurait des conséquences financières importantes pour EDF et Orano (« une augmentation de 1 milliard d’euros du devis de Cigéo aurait un impact d’environ 300 millions d’euros sur les provisions et les actifs dédiés d’EDF et d’environ 25 millions d’euros pour Orano ».) Les promoteurs font tout pour éviter un chiffrage à la hausse, quitte à rogner sur la sûreté et à perdre en crédibilité ! 
- L'opposition au projet Cigéo a un impact financier en plus de retarder la mise en oeuvre du projet de plusieurs années. La Cour des Comptes note que "le risque de blocage local du projet Cigéo par des opposants et de monté de l'opposition au niveau national doit également être considéré" : l'Andra a intégré ce fait qualifié de « risque à maîtriser », et dépense près de 1,2 millions d'euros par an dans des actions d'information auprès du grand public !
- La demande d'autorisation de création (DAC) devrait être déposée en 2020, des travaux "préparatoires" au projet Cigéo pourraient bientôt reprendre.. mais le mécanisme de financement du projet n'est toujours pas réglé, même dans sa version sous-estimée ! Bref : ni fait, ni à faire ! 

 

Du blabla et de l’hypocrisie

 

Quand Isabelle Harel Dutirou, la présidente de la CPDP du débat public sur le plan nation de gestion des matières et des déchets radioactifs, s'exprime sur ces trois mois passés, on n'apprend pas grand chose. Les citoyens s'inquiètent des transports de matières radioactives, des impacts sanitaires et environnementaux des activités nucléaires. Avait-on vraiment d'un "débat public" pour apprendre cela ou ne sert-il qu’à lisser la contestation qui fait parfois rage ? Pour sûr que le gouvernement saura utiliser ce débat pour démontrer son intérêt envers les préoccupations de la population ! Il est par ailleurs culotté de dire qu’il y avait eu une "discussion amorcée" concernant Cigéo lors des débats de 2005 et 2013 : il y avait surtout eu un clair refus du stockage géologique, et ensuite un dédain tout aussi limpide du gouvernement puisque dès 2006, cette option pourtant refusée par la population, devenait la solution de référence dans la loi ! Nous sommes lasses des enrobages.... 

 

De leurs côtés, les élu-es locaux ne font pas dans la finesse. Les travaux "préparatoires" à Cigéo sont suspendus pour la forme, pour parfumer d’un peu de crédibilité le débat qui doit s’achever en septembre. Mais en coulisse, dans les réunions internes et les salles de bureaux, l’heure n’est pas à la remise en question de Cigéo, plutôt aux tambouilles internes ! Les élu-es meusien-nes et haut-marnais-es se fichent pas mal de l’irréversibilité, des risques, de l’impossible financement du projet mais par contre, se disputent les sous, la fiscalité, les termes et le contenu du projet de développement du territoire ! En effet, « pas moins de 38 actions ont vocation à être lancées ou réalisées sans attendre l’autorisation de création de Cigéo » et une enveloppe de 322,4 millions d’euros doit être dégagée d’ici 2024 (c'est-à-dire demain) pour la réalisation des infrastructures de proximité (voir article « Cigéo, un programme d’actions concrètes » publié dans la Voix de la Haute-Marne le 19 juillet) !

 

Unitech : il serait peut-être temps d'y renoncer ?

 

Juillet a démarré en fanfare ! Le 3 juillet sur le site de la Joinchère, Unitech organisait une réunion « publique » sur le projet. En tant qu’associations opposées au projet de laverie nucléaire, nous avons collectivement refusé de nous y rendre car Unitech nous refuse un débat contradictoire. En balayant certaines conditions que nous étions en droit d’exiger, Unitech s’est mis également à dos la population locale : il y avait deux fois plus de personnes à l’extérieur que dedans, soit 250 personnes... (voir article « Charivari à Suzannecourt » publié dans le JHM le 4/07) !

 

La tension ne faiblit pas. Celles et ceux qui refusent la laverie le font savoir partout et sont de tous les événements locaux : des inaugurations des berges de la Marne (voir article « Les berges font leur chemin » publié dans le JHM le 17/07).. 

 

...aux conseils municipaux (voir article « Laverie Unitech : un conseil mouvementé à Chatonrupt » publié dans le JHM le 28/07), ils sont partout !

 

Les communes « pro » Unitech sont timides, tandis que les « contre » sont de plus en plus nombreuses : 21 communes ont ainsi pris une délibération contre la laverie (voir carte) !  

 

 

La préfecture, qui devra autoriser ou non la laverie, reste en retrait, se cache derrière l’instruction du projet, l’état de droit, appelle au sang-froid (voir article « Unitech : faire confiance à l’Etat », publié dans le JHM le 9/07). 

 

Côté juridique, si notre référé contre le permis de construire a été écarté, le recours au fond est bien entendu toujours en cours. Nous avons en revanche une victoire symbolique à vous annoncer : le tribunal administratif de Chalons-en-Champagne a tranché, la CCBJC fut dans l’obligation de nous transmettre la convention qu’elle avait passée en 2016 avec Unitech (oui oui, celle-là même qu’elle nous refusait depuis 3 ans) : une petite claque pour la CCBJC qui s’est illustrée dans la rétention d’information et le manque de transparence !

 

ça s'est passé le 18 juillet : le Bois Lejuc fut réoccupé

 

 

De vives émotions ont sans doute traversé les militant-es opposé-es à Cigéo lorsque par voie de communiqué et sur le site internet bureburebure.info nous apprenions le 18 juillet que le Bois Lejuc, lieu hautement stratégique pour l'Andra, longtemps occupé par des chouettes hiboux expulsé-es depuis février 2018, était à nouveau occupé. Des personnes ont ainsi "réinvesti ce lieu au sol comme dans les arbres pour réaffirmer leur opposition au projet Cigéo, au nucléaire et à son monde". Tout le monde pouvait suivre en temps réel le récit de cette occupation qui a duré plusieurs jours avant que les derniers arbres ne soient expulsés. Une manière de rappeler que la répression n'enraye pas la détermination...

 

 

On s’prépare dès maintenant à un début d’automne radieux !

 

Rassemblement des Bombes Atomiques (proche Bure), les 20 et 21 septembre 

 

Grand week-end antinucléaire et féministe prévu, « Surprise party et avenir radieux » non loin de Bure !

Au programme : ateliers, marche sonore, repas, concert, fête, pièce de théâtre, réunion de bilan et suite de la construction de l’avenir radieux ! Un déroulé détaillé et toutes les infos nécessaires pour organiser votre venue sont à retrouver ici https://bombesatomiques.noblogs.org/ (ainsi que la magnifique affiche) !

 

Vent de Bure à Nancy, les 28 et 29 septembre

 

L’organisation pour la grande mobilisation contre Cigéo à Nancy bat son plein ! En plus de la manif nationale le samedi 28 septembre, nous proposerons quelques conférences et ateliers sur des sujets et enjeux essentiels les 27 et le 29 septembre. Pour les locaux, deux soirées d’information courant septembre sont prévues afin d’expliquer pourquoi ce VDB à Nancy et rendre l’orga rejoignable dans la dernière ligne droite ! Dépôt imminent de la demande d’autorisation de création de Cigéo, reprise prochaine des travaux « préparatoires », répression et criminalisation de l’opposition… le contexte et les actualités ne font pas de Vent de Bure une date parmi d’autre mais bien un événement majeur et nécessaire.

 

Et ça se voit même dans l’équipe organisatrice : en plus de nos associations locales en lutte contre la poubelle nucléaire, Vent de Bure a emporté avec lui depuis quelques mois Solidaires 54 ! Solidaires 54 qui a d’ailleurs organisé une chouette formation sur Bure les 9 et 10 juillet (retour en images ici)…et n’a pas échappé à une visite de gendarmes qui ont relevé les plaques d’immatriculation des personnes présentes, cette intimidation sur des militant-es syndicaux ayant été dénoncée depuis par voie de communiqué. Sans s’habituer à ces coups de pression, nous refusons qu’ils entachent notre détermination et nous détournent de notre objectif : engager un rapport de force radical et solidaire contre la poubelle nucléaire ! Diffusez et annoncez partout Vent de Bure : vendredi dernier, nous avons eu la chance de monter sur la scène de Ska-P au Festival du Chien à Plumes dans le sud haut-marnais (retour en images ici) pour appeler à VDB ; dès que vous le pouvez, brandissez, collez, déposez des affiches et des tracts !

 

Pour mieux comprendre à quoi s’attendre, cerner l’esprit, s’organiser, et filer un p’tit coup de pouce, lisez nos deux dernières newsletters (1 et 2)

Adresse e-mail de contact : ventdebure@riseup.net

 

 

/!\ sans oublier l’info incontournable /!\

…Une supérette a ouvert près de l’Andra ! Dynamisme du territoire en cours !

 

https://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2019/07/26/une-nouvelle-superette-a-ouvert-ses-portes-pres-de-l-andra

Écrire commentaire

Commentaires: 0