· 

Nous appelons à une réaction massive face à la criminalisation de la lutte contre la poubelle nucléaire à Bure !

COMMUNIQUE COMMUN du Mercredi 17 octobre

 

CEDRA, EODRA, Habitants Vigilants de Gondrecourt-le-Château, Habitants Vigilants de Void-Vacon, des habitant-e-s de Bure et des environs. Burestop 55, Meuse Nature Environnement et Mirabel Lorraine Nature Environnement

 

 

Nous, associations nationales et locales, collectifs, comités, personnalités, dénonçons la politique de criminalisation et de répression systémique qui s'abat sur les opposant-e-s à la poubelle nucléaire CIGEO à Bure depuis plus d'un an et demi. Pour détruire ce mouvement de résistance vieux de 25 ans, il y a déjà eu plus d'une cinquantaine de procès. Des centaines de mois de sursis distribués. Près de 2 ans de prison ferme. 26 interdictions de territoire. 7 personnes interdites de se voir et rentrer en relation, et ce pour des années, dans le cadre d'un contrôle judiciaire dans une instruction pour "association de malfaiteurs". Des milliers d’euros d’amende. Une vingtaine de perquisitions réalisées en Meuse, à Paris, en Isère. Une trentaine de gardes à vue - dont celle, le 20 juin 2018, de l'avocat Maître Étienne Ambroselli. Un escadron de gendarmes mobiles installé sur place depuis l'été 2017. Chaque jour, depuis plus d'un an, les habitant-e-s de Bure et autour sont suivis, fichés, filmés, et contrôlés, et parfois à plusieurs reprises en l'espace de quelques heures.

 

Ce mardi 16 octobre, dans l’enceinte du tribunal de grande instance de Bar-le-Duc une nouvelle atteinte aux droits de la défense a eu lieu, un nouveau pas franchi dans la répression. Ce matin-là, parmi d'autres procès, le tribunal a jugé en absence et par défaut le militant et journaliste Gaspard d'Allens. Pourtant ce dernier n’a jamais été informé qu’un procès le concernait. Il ne savait pas qu’il y avait des accusations portées contre lui. Il n'a donc pas pu préparer sa défense ni choisir un avocat. Néanmoins, il a quand même été jugé : au mépris des garanties les plus élémentaires des droits de la défense.

 

Le procureur Olivier Glady a expliqué devant une assistance et des avocats outrés qu'il lui avait envoyé une convocation à une adresse à Paris. Or cela fait 5 ans que Gaspard n’y habite plus et le procureur le savait pertinemment. Gaspard est domicilié à Mandres-en-Barrois, à proximité de Bure, où il a été filmé durant des semaines presque quotidiennement par les gendarmes. Le procureur a pourtant affirmé qu'il était "radicalement introuvable".

 

Mais qui à Bure pourrait encore être « introuvable » alors qu’une surveillance généralisée traque les opposants à CIGEO ? Qu'entre 15 et 50 téléphones sont sur écoute de façon ponctuelle ou permanente ? Que les communications sont espionnées et les déplacements traqués ? Que toutes les amitiés qui sont nées au coeur de cette résistance sont soupçonnées de relever d’une « association de malfaiteurs » à finalité criminelle ? Des millions d'euros d'argent public sont dépensés pour traquer les opposants, et le Parquet n'aurait pas pu actualiser son adresse de résidence ?

 

Depuis le mois de juin 2017, dans le cadre d'une instruction judiciaire pour "association de malfaiteurs", une « cellule Bure », basée entre Nancy et Commercy, fait travailler à temps plein entre 5 et 10 officiers de police judiciaire. Leur mission : enquêter et consigner toute la vie des opposants dans des milliers de procès-verbaux. Un seul but : surveiller et détruire le mouvement de lutte par l’asphyxie policière et judiciaire.

 

Avec une autre personne, Gaspard a été accusé d’avoir fait opposition "par violence ou voie de fait" le 23 janvier 2017, aux travaux publics de l'ANDRA  dans le bois Lejuc occupé. Le procureur réclame 3 mois de sursis simple. Une peine devenue classique pour quiconque refuse l’ordre nucléaire en Meuse. Gaspard s'est interposé physiquement quelques minutes devant un bulldozer. Mais où est la "violence", puisqu'à cette époque, le 30 janvier 2017, le chef de chantier de l'Andra, Emmanuel Hance versait de l’huile inflammable sur des opposants accrochés à une barricade (https://www.youtube.com/watch?v=kzit6sJjt-E) ?

 

Cette violation évidente des droits de la défense n’est qu’une goutte d’eau de la politique de karcher répressif qui vise à "nettoyer" intégralement toute forme de contestation à Bure. Le 16 octobre, six nouveaux procès absurdes ont également eu lieu, principalement pour des "outrages" générés par le climat de militarisation irrespirable qui s'est installé dans le sud-Meuse. Trois mois de prison ferme ou avec sursis ont été requis en fonction des cas.

 

D'étranges pratiques s'installent en Meuse. Que penser d’un tribunal où les gendarmes mobiles encadrent les arrivées et les départs à chaque procès concernant Bure, et finissent régulièrement par vider la salle d'audience ? Quelles conclusions devons-nous tirer lorsque des avocats commis d’office refusent de se déplacer pour assister certaines personnes gardées à vue à Bure ? Comment juger le fait que l’avocate de l’Andra, Carine Bourrel, soit également la batônnière de la Meuse ? Que devons-nous conclure lorsqu’en garde à vue un officier de police judiciaire appelle le juge d’instruction M. Le Fur par son prénom, « Kevin », lorsqu’elle lui passe des coups de téléphone ?

 

Nous dénonçons fermement la mise en place depuis 2 ans en Meuse d'un système mafieux qui ne dit pas son nom, où les libertés fondamentales et les droits de la défense sont chaque jour piétinés. Au nom de l’avancée forcée d’un projet nucléaire démentiel qui ne présente aucune garantie de sécurité et de faisabilité. Au nom de la destruction d'un mouvement de lutte pluriel pour commencer les travaux imminents de CIGEO. Au nom de la mise en place d’un laboratoire répressif servant d'expérimentation pour mieux neutraliser de futures luttes.

 

Fait tout aussi inquiétant, cette répression massive s'installe également partout ailleurs en France et dans le monde, dans les mouvements sociaux, les quartiers, les luttes migratoires, les luttes territoriales et environnementales... Nous ne devons pas rester silencieux ni courber l’échine par peur d'être les prochain-e-s sur la liste.

 

Nous appelons à ce qu'un maximum d'organisations, de comités, de collectifs et de personnalités publiques signent et relaient cette tribune pour :

 

  • mettre fin à la criminalisation de la lutte à Bure et des autres mobilisations et espaces d'opposition en France
  • construire une résistance à cet effet
  • en finir avec la peur et le silence

 

 

Nous appelons à densifier partout les solidarités et à ne pas nous laisser enfermer dans l'isolement.

 

Nous ne serons pas les prochain-e-s sur la liste !

 

Nous refusons de céder à l'intimidation !

 

Écrire commentaire

Commentaires: 52
  • #1

    Arnaud Schwartz (mercredi, 17 octobre 2018 09:45)

    Tout comme nos membres et affiliés Meuse Nature Environnement et Mirabel-Lorraine Nature Environnement, je vous apporte mon soutien en tant que secrétaire national de France Nature Environnement (FNE), ainsi que celui de la confédération FNE Grand Est que je préside. Je signe et relaie donc cette tribune.

  • #2

    Marie-Thérèse MANTELLINI (mercredi, 17 octobre 2018 12:03)

    Pour un monde sans nucléaire civile et militaire

  • #3

    eceur jean louis (mercredi, 17 octobre 2018 15:00)

    Face aux mensonges de l'Andra, il n'y a que la solidarité et l'information.
    la justice officielle est absente pour l'occasion.
    courage à Tout(e)s

  • #4

    Maïthé Moussé (mercredi, 17 octobre 2018 15:28)

    je veux pouvoir dire à mes petits enfants : " il était une fois un danger mortel que nous avons repoussé tous ensemble...."

  • #5

    Philippe PENEAU (mercredi, 17 octobre 2018 16:36)

    Solidarité avec les opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires CIGEO à Bure.
    Pour la sortie définitive de l'énergie nucléaire civile et militaire.
    Soutien sans réserve à la résistance non-violente radicale et déterminée de Bure.

  • #6

    MALARY CHANTAL (mercredi, 17 octobre 2018 16:48)

    NON AUX POUBELLES NUCLEAIRES A BURE ET AILLEURS ...

  • #7

    lesachey sophie (mercredi, 17 octobre 2018 17:12)

    Ni ici ni ailleurs ! Solidarité.

  • #8

    Gérard Gueniffey (mercredi, 17 octobre 2018 17:21)

    Après la manif du 14 devant l'ile longue, non au nucléaire ni militaire, ni civile.
    Non à la poubelle de Bure.

  • #9

    Didier Boursier (mercredi, 17 octobre 2018 17:42)

    solidarité avec les militants de Bure
    ce sont des lanceurs d'alerte !

  • #10

    Sylvie Bouchard (mercredi, 17 octobre 2018 17:50)

    Solidarité, le nucléaire c'est non.

  • #11

    MICHAUD EVELYNE (mercredi, 17 octobre 2018 18:02)

    Enfouissement des déchets à Bure ou ailleurs , impossible !
    Les centrales doivent cesser leur production impérativement , les locaux doivent être adaptés pour le conditionnement des déchets.
    Pour deux raisons : Les centrales sont " indémontables", autant qu'elles servent au stockage des produits radioactifs.
    Contre l'oubli, il n'y a pas pire qu'un" gros trou " recouvert... aussi performant en sécurité soit-il !

  • #12

    Conan Catherine (mercredi, 17 octobre 2018 18:09)

    Ni à Bure, ni ailleurs !

  • #13

    Sophie Correia (mercredi, 17 octobre 2018 18:46)

    Non à l'enfouissement "définitif" pour les générations à venir.
    Non à la criminalisation de manifester son opposition.
    Enfin non au délit d'opinion.

  • #14

    LE BAIL (mercredi, 17 octobre 2018 18:50)

    Ceux qui sont pour les enfouissements des déchets radioactifs doivent les mettre dans leur sol!

  • #15

    DUPIN Patrick (mercredi, 17 octobre 2018 18:53)

    A l'heure ou l'on nous parle d'une Justice qui serait indépendante, les agissements des Magistrats, qui font fi des droits élémentaires des militants et habitants des environs de Bure,du Gouvernement et de ses représentants locaux sont proprement scandaleux !
    Patrick DUPIN, Citoyen en colère

  • #16

    Chanson Louis-Marie (mercredi, 17 octobre 2018 18:55)

    Non au nucléaire c'est poison.

  • #17

    GOSSART Guy (mercredi, 17 octobre 2018 18:56)

    Je reste sidéré qu'une société, i.e les " représentants (!!!) " , puisse se gérer dans une vision si étroite, si nombrilique ...C'est non de non pour le suicide . C'est vraiment oui de oui pour un changement positif complet.
    Pour ces déchets, voir ci dessus " MICHAUD Evelyne "

  • #18

    Roseline Amelot-Pigat (mercredi, 17 octobre 2018 19:04)

    Cette répression est insoutenable, d'une violence effroyable, comme à Notre Dame des Landes.
    Par ailleurs, enfouir des déchets nucléaires dans un sol du type de celui de Bure est très dangereux, on joue les apprentis-sorciers, là ! Sans oublier que déplacer (puis enfouir) des déchets est aussi très dangereux. Sans oublier qu'on laisse aux générations futures un cadeau bien empoisonné. Laissons les déchets dans les centrales déjà construites, c'est là qu'ils sont les moins dangereux. Et arrêtons d'en construire ! Réduisons notre consommation d'énergie, utilisons une énergie non polluante !

  • #19

    Jean-Christophe TURPIN (mercredi, 17 octobre 2018 19:23)

    Halte à un enfouissement mortifère / Halte au Nucléaire .... Bure ne doit pas être la poubelle "cocotte minute nucléaire" de la France. Halte à le répression des défendeurs des droits et des lanceurs d'alerte me représentant sur place.

  • #20

    Claire Letertre (mercredi, 17 octobre 2018 19:58)

    Soutien et Solidarité pour les résistants non violents de Bure et d'ailleurs à tout projet nucléaire.

  • #21

    Catherine Détrieux (mercredi, 17 octobre 2018 20:35)

    Solidarité !!

  • #22

    Estelle Tardy (mercredi, 17 octobre 2018 20:42)

    La criminalisation des manifestations, des opposant.e.s et de leurs soutiens est montée d'un cran et et devenue encore plus insupportables depuis l'évacuation (réussie ? oui pour la communication...) de Notre Dame des Landes...
    La répression politique réussira bientôt à imposer l'omnipotence des seules opinions autorisées par l'état.... où va t'on !!!! Rébellion !!!

    Non à l'enfouissement des déchets nucléaires, comme le dit Evelyne Michaud : Les centrales doivent cesser leur production impérativement , les locaux doivent être adaptés pour le conditionnement des déchets.
    Pour deux raisons : Les centrales sont " indémontables", autant qu'elles servent au stockage des produits radioactifs.
    Contre l'oubli, il n'y a pas pire qu'un" gros trou " recouvert... aussi performant en sécurité soit-il !

    Soutien total à tous les résistant.e.s de Bure, tenez bon, c'est vous qui avez raison !

  • #23

    Pintout Serge (mercredi, 17 octobre 2018 21:17)

    pour en finir avec cette ineptie nucléaire

  • #24

    Anne Sarrouille (mercredi, 17 octobre 2018 22:19)

    J’ai vu de mes yeux la machine à broyer des résistants pour la vie. Plein de courage à vous, je viendrai vous soutenir dès que possible

  • #25

    BRAYE CHRISTIAN (mercredi, 17 octobre 2018 22:42)

    Pour l'avenir de mes enfants, de mes petits enfants et de la planète en général, halte au nucléaire.

  • #26

    Vieira Nathalie (jeudi, 18 octobre 2018 01:17)

    Le nucléaire n'est pas une énergie propre...ses déchets encore moins STOP

  • #27

    Eric Trepin (jeudi, 18 octobre 2018 08:33)

    Cessez ces folies.....

  • #28

    Joëlle Ronnet-Nicolle (jeudi, 18 octobre 2018 08:42)

    Solidaire avec les opposants au projet "Cigéo Bure".
    Ce projet a été jugé non satisfaisant ! Une alternative existe, non satisfaisante certes mais réversible et laissant ouvert un choix futur : l’entreposage à sec en sub-surface des déchets nucléaires couplé à un effort de recherche pour réduire leur nocivité et leur durée de vie.

  • #29

    HOURS François (jeudi, 18 octobre 2018 09:28)

    Une idée en passant il faudrait saisir la cour européenne des droits de l'homme...et médiatiser. Il faut amener l'affaire CIGEO sur le terrain du Juridique. Membre de le ligue des droits de l'homme je suis et je vais saisir cette instance pour encore une fois l'informer des actes commis au nom de l'état. N'oublions pas de prendre en compte le silence coupable des élus qui profitent de la manne financière pour refaire trottoir et salle des fêtes (voir les comptes rendus des CA du GIP sur le site GIP Saudron Bure)..... Nous avons les élus qu'on mérite après eux le déluge..... A votre disposition.

  • #30

    richard (jeudi, 18 octobre 2018 10:25)

    Je signe parce qu'il Il faut absolument en parler, il faut que le couvercle qu'ils essaient de poser se fissure à son tour . Il faut que les citoyens sachent ce qui se prépare. Le lobby nucléaire travaille toujours dans l'ombre comme les mafieux et comme eux il arrose aussi ceux qui ferment les yeux en faisant taper très dur ceux qui osent parler. Une omerta nucléaire finalement !!!!

  • #31

    Yves (jeudi, 18 octobre 2018 11:31)

    Solidarité avec la lutte contre le projet CIGEO ! Pour que nos dirigeants comprennent enfin que leur cupidité et leur soif de pouvoir ne représentent rien face à la détermination de celles et ceux qui s'engagent pour les générations futures.



  • #32

    Maurice MICHEL (jeudi, 18 octobre 2018 15:13)

    On se demande s'il n'y a pas volonté de persécution à l'encontre des "anti-Bure". Il y a manifestement deux poids deux mesures. Je leur apporte mon soutien solidaire et citoyen.

  • #33

    VOIRPY NICOLE (jeudi, 18 octobre 2018 19:00)

    Solidarité avec la lutte de Bure contre ce projet criminel

  • #34

    Gomez Kyra (jeudi, 18 octobre 2018 19:18)

    Parce que je rêve d'un monde sans nucléaire pour ceux qui viendront après nous.

  • #35

    Monnier Gérard (jeudi, 18 octobre 2018 22:21)

    Oeuvrons solidairement pour un monde sans nucléaire, sinon honte à notre "civilisation"

  • #36

    Melanie (jeudi, 18 octobre 2018 22:44)

    Pour nos enfants , STOP au nucléaire, il est encore temps !!!!

  • #37

    bertet Andrée (vendredi, 19 octobre 2018 08:38)

    Solidaire avec vous tous(tes).STOP.Il n'est pas trop tard.J'veux pas leur laisser ça .Prenez vos responsabilités.

  • #38

    Robert (vendredi, 19 octobre 2018 08:49)

    Arrêtons la folie du nucléaire avant qu'il ne soit trop tard !

  • #39

    Gaborit Isabelle (vendredi, 19 octobre 2018 12:36)

    Solidaire pour tous et toutes et surtout
    NOS ENFANTS....

  • #40

    J L Voitou (vendredi, 19 octobre 2018 14:08)


    Cessons cette production nucléaire, qui nous gave de déchets radioactifs et dont on ne connait aucune solution de s'en débarrasser : Bure ou autres, en attendant l'accident inévitable et la fuite en avant des décideurs ... est-ce bien raisonnable ?
    Le combat reste donc global de l'extraction du minerais jusqu'à la production des déchets en passant bien entendu par toutes les technologies dites d'avant garde... concoctées par ces pseudo experts de pitoyables premiers de la classe.
    Dénonçons et agissons solidairement.

  • #41

    PEILLARD JEAN-YVES (vendredi, 19 octobre 2018 22:32)

    Oui pour agir collectivement et rappel de l'argumentation faite cet été pour le MAIN:
    http://elianguesard.unblog.fr/2018/08/04/contribution-pour-les-journees-pour-larret-immediat-du-crime-nucleaire-4-et-5-aout-2018-avignon/
    L'Etat nucléaire est hors la loi, cette prévarication n'a que trop duré. C'est un empoisonnement, un crime. Ils envoient des milliers d'hommes femmes et enfants vers la mort ou la mauvaise santé; tout cela est largement documenté. Appuyer sur l'imposture des déchets permet d'enfoncer tout le reste.

  • #42

    DEQUIVRE Michel (samedi, 20 octobre 2018 09:25)

    Résister !!!! Encore et toujours!!!!

  • #43

    BONJEAN Marie-Laure (samedi, 20 octobre 2018 10:01)

    Solidarité avec ces gens qui ne lâchent rien!

  • #44

    R.claude (samedi, 20 octobre 2018 13:02)

    solidarité avec tous toutes,qui chaque jour s impliquent pour reveiller nos consciences,

  • #45

    barbedet philippe (samedi, 20 octobre 2018 15:37)

    Halte au nucléaire,trop chere, trop dangereux,indigne héritage laissé à nos enfants!!!

  • #46

    Leblois antoine (samedi, 20 octobre 2018 17:32)

    Stop

  • #47

    trevillard paul (samedi, 20 octobre 2018 21:09)

    Arrêtons cette logique de croire que notre planète pourra absorber tous ces déchets nucléaires sans problème. Si on mettait autant d'énergie et d'argent ailleurs, on pourrait créer également beaucoup d'emplois, plus humains, plus durables, plus sains pour notre planète et la nôtre.

  • #48

    DANIEL Stéphane (samedi, 20 octobre 2018 22:49)

    En soutient aux militants de Bure.
    Les actions non-violentes sont forcément la clé, et la seule, de la réussite.
    Notre/votre résistance pour la vérité, pour rester des humains dignes.

  • #49

    Alain Uguen Cyberacteurs (lundi, 22 octobre 2018 15:23)

    pétition : Soutien massif face à la criminalisation de la lutte contre la poubelle atomique de Bure
    https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/soutienmassiffacealacriminalisation-2582.html


  • #50

    Yohann L. (lundi, 22 octobre 2018 23:22)

    La confiance que l'Etat accorde à l'ANDRA est de l'inconscience pure ou bien un égoïsme sans limite de certains décideurs prêts à sacrifier les générations futures sans aucun remords.

  • #51

    Bernard NICOLLE (mardi, 23 octobre 2018 19:39)

    L'État est aux abois avec ces déchets. Et il est prêt à toute entorse, policière et judiciaire, pour faire passer son CIGÉO. Mais pourra-t-il tenir longtemps comme cela, d'autant qu'il sera contraint par l'attitude des opposants à monter le niveau de sa répression. Le tout est de savoir à quel hauteur la société place le plafond "socialement acceptable" ?

  • #52

    marido A. (vendredi, 26 octobre 2018 14:16)

    "la vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent" A. Camus
    Résister est un droit fondamental.
    Solidarité avec toutes les luttes criminalisées.
    Ni à Bure, ni ailleurs.