· 

La préfecture de la Meuse souhaite mettre des bâtons dans les roues de la convergence vers Bure qui s’opère depuis l’expulsion des hiboux le 22 février 2018

 

Elle a publié quatre nouveaux arrêtés actifs du 2 au 5 mars :

 

  • Un arrêté d’interdiction de manifestation sur le territoire des communes de Bure, Mandres-en-Barrois, et toutes communes limitrophes
  • Un arrêté d’interdiction de stationnement et de circulation des véhicules sur les agglomérations de Bure et Mandres-en-Barrois, ainsi que l’interdiction des piétons et véhicules sur le chemin de Bonnet vers le bois Lejuc
  • Deux arrêtés d’interdiction de survol

 

Malgré cela, tout va bien :

 

La circulation des piétons reste légale (sauf aux abords de la forêt, c.f. arrêté précédent) sur les communes de Bure et Mandres.

 

Les contrôles de véhicules sont rares pour le moment, mais nous vous invitons à rester vigilant.e.s (notamment quant au transport de matériel qui fait aussi l’objet d’un arrêté)

 

(si vous subissez un contrôle sur Bure ou Mandres, appelez la Maison de Résistance au 09 54 10 57 11 pour que nous mettions à jour cet article)

 

Contrôles pour le moment :

 

13h40 à Thonnance-les-Joinville

 

Dans tous les cas, nous vous invitons toujours à venir nous rejoindre. On va pas se laisser faire !

 

Le texte complet des arrêtés est consultable ici.

 

Ci-dessous, une reproduction des articles des deux premiers arrêtés :

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    mosser (vendredi, 02 mars 2018 22:16)

    Je suis avec tous ceux qui se rendront au rendez-vous prévu.Je suis en colère! Mes parents qui ont connu la dernière guerre auraient l'impression d'un retour en arrière.Mais, où est notre liberté de circuler, de penser et de nous opposer à ce que nous ne voulons pas voir sur notre région? HAUTE-MARNE, la vie ne sera plus belle à BURE.

  • #2

    Kiki (samedi, 03 mars 2018 08:51)

    De tout cœur avec copains sur place ce week-end, malheureusement je pourrais pas être là cette fois-ci. Je suis également très en colère contre cet arrêté qui contredit complètement nos fondamentaux qui sont "liberté, égalité, fraternité". Nous entrons progressivemrnt ds une France de dictature, ou bientôt le droit de respirer sera réglementé et facturé. ���
    Hâte de revenir en Meuse pour pouvoir être à vos côté, on lâche rien � très heureuse de
    savoir que vous serez sur place les copains. ��