Jungle nucléaire en Champagne

Déchets, linges contaminés, après Gudmont, Joinville dit NON !

 

Voici peu, un BISON* peu futé était débusqué sur Gudmont-Villiers alors que les élus locaux et ceux de la communauté de communes du bassin de Joinville-en-Champagne n’avaient soufflé mot de ce projet aux populations concernées (ici et ). Un danger en cachant un autre, une laverie industrielle préméditée à Joinville-en-Champagne commence également à délivrer ses secrets, toujours bien dissimulés par ces mêmes élus.

 

* BISON : base intermédiaire de services opérationnels nucléaires

Joinville-en-Champagne : laverie nucléaire de l’Europe ?

 

Unitech : en plus de Cigéo avec les déchets à destination de Bure, et ceux du démantèlement des installations nucléaires pour Gudmont-Villiers, c’est bien tout le linge sale du nucléaire français - mais également allemand, suisse, belge - qui s’apprêterait à arriver dans le secteur de Joinville/Suzannecourt/Thonnance-lès-Joinville (zone de la Joinchère). Et c’est un conséquent premier contrat de 500 tonnes de linge contaminé qui proviendrait de l’usine Areva de retraitement à Beaumont-Hague et qui alimenterait le démarrage de cette structure de décontamination. On peut s’étonner du choix de Joinville, qui nécessiterait d’incessants transports de matières nucléaires depuis la Hague pour laver, nettoyer et sécher le linge des quelques 5000 employés du site du Cotentin, alors qu’une laverie a longtemps fonctionné sur place… jusqu’à ce qu’une remise aux normes ait été jugée trop coûteuse.   

 

On peut également s’étonner qu’Unitech, petite structure à seulement 40 000 euros de capital, encore en quasi faillite voilà deux ans, et avec des capitaux propres inférieurs à la moitié de son capital social (filiale de la filiale hollandaise de Coeverden du groupe américain Unitech), puisse conduire cette opération de Joinville dont les investissements seraient de l’ordre de 12 millions d’euros. Comment une structure aussi légère ne comprenant que deux personnes (MM.Jacques Grisot et Georges Bakevich), dont les bureaux sont domiciliés dans le sud de la France, pourraient mener à bien ce projet de méga laverie ?

 

Et quid des questions sensibles ? De l’alimentation en eau par exemple (on parle de 14 cycles nécessaires pour laver ce genre de linge, et de millions de m3 d’eau consommés par an), ou encore des effets de la radioactivité rejetée (tritium, carbone 14, césium 134 et 137, et combien d’autres radioéléments encore ?) et des détergents utilisés.

 

Des élus sérieusement mis en cause

 

Le cas de Gudmont-Villiers et son usine tour de passe-passe vient tout récemment de démontrer combien les élus locaux et ceux de la ‘communauté de communes du bassin de Joinville-en-Champagne’ ne maîtrisaient en rien le projet de l’industriel Derichebourg (opacité, objectif, ampleur, rejets, risques, santé, etc). Une même opacité scandaleuse entourant le lapin du chapeau Unitech, il serait utile de savoir si les élus ont diligenté une étude d’impact environnemental et économique (et non pas une « enquête publique » qui ne serait mise en place que lorsque tout serait déjà ficelé), si la station d’épuration de Joinville a été dimensionnée pour une telle installation, si les nombreuses communes en aval ont été informées afin qu’elles puissent s’équiper d’outils de contrôle (ou qu’elles puissent refuser ce cadeau empoisonné), si on est prêt à sacrifier l’attrait de la rivière Marne auprès des pêcheurs (première catégorie) et des touristes, si on accepte que des élus scient la branche sur laquelle Joinville-en-Champagne développe son image, son économie et son devenir, etc

 

Joinville & ses labels touristiques obtenus l’an dernier

 


Reste la question de fond : pour qui roulent les élus locaux ? Manifestement pas pour les populations locales - dont ils sont pourtant censés défendre les intérêts - au vu des caractéristiques des entreprises auxquelles ils tentent les bras, et de l’omerta qui entoure leur posture. Naïveté, cécité, incompétence ? Déjà amplement roulés dans la farine dans le marché de dupes de Bure (le fameux laboratoire qui les abusa de si triste manière), les voici s’esbaudir devant le hochet agité pour leur faire accepter le cigéo (« centre industriel de stockage géologique », à Bure, qui ne dit même pas que c’est pour enfouir des poisons nucléaires) : des emplois. Et quels emplois ! Qui ne sont en rien des « compensations » mais bien de l’attrape-couillon, du travail frelaté, des contaminations supplémentaires, la transformation de ce vaste territoire (Haute-Marne/Meuse/Aube) en prolifération radioactive. Lourde faillite, et irresponsabilité.

 

Naïveté, cécité, incompétence ? La dernière réunion du Conseil départemental de Haute-Marne en a dit long sur des élus dépassés (cf JHM 22 oct). Olivier Bertrand (par ailleurs maire de Joinville), à propos des projets de Gudmont et de Joinville, et soutenu par son chef Bruno Sido (par ailleurs sénateur et président du GIP) : « On ne peut que se réjouir que des entreprises viennent s’installer en Haute-Marne (…) des élus sont allés se battre pour aller les chercher ». Quand des élus ne sont capables d’aller chercher que ce genre d’usines-d’entrepreneurs-d’emplois, on ne s’étonnera pas des terribles effets de leur politique : une dégringolade démographique de 15 000 habitants en 15 ans dans le département (cf élu Nicolas Fuertes > ici). Et qu’au sein de cette assemblée ce soit un élu du FN qui dénonce les tares annoncées pour Gudmont et Joinville en dit tout aussi long (ici).

 

Une épidémie de cancers ? Où ça ?

 

A multiplier ainsi les projets nucléaires malsains, à cancériser la région, qu’en est-il des risques, et des effets sur la santé de la population ? Jusqu’ici les élus assuraient que le nucléaire était propre, la région démontre l’ampleur du mensonge. Aujourd’hui on nous affirme que tout est sous contrôle strict, indépendant et efficace, en particulier par les organismes ASN et IRSN. Patatras, tout ça n’était que façade (ici et ). Quant à la surveillance de notre santé, entre les mains de l’InVS, des spécialistes

viennent ce lundi de publier une étude alarmante : Faut-il poursuivre l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) pour délit de tromperie ? (ici). Cette même InVS qui, sous la saisie des « citoyens du coin » du secteur de Montier-en-Der, sous les vents venant des poubelles nucléaires de Soulaines et Morvilliers, avait scandalisé par ses méthodes et les conclusions de son enquête sur les cancers locaux… au point qu’un « Recensement citoyen » est en cours de réalisation autour de Soulaines. Quand la confiance, trahie, vole en éclats…

 

mais les temps changent

Pour ne plus subir > AGIR !

Pour une région saine et des emplois gratifiants :

Comme Gudmont-dit-non > lancement de Joinville-dit-non

 

vous habitez Joinville ou ses environs, vous vous sentez concerné-e > contactez le CEDRA : cedra.org@orange.fr 

Communiqué de presse commun

 

CEDRA

Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs / Haute-Marne & à Yeurs

EODRA

Association des Elus de Lorraine et Champagne-Ardenne Opposés à l'enfouissement des Déchets RAdioactifs et favorables à un développement durable

ASODEDRA

Association pour la sensibilisation de l’opinion sur les dangers de l’enfouissement des déchets radioactifs / Grand-Vosges

La Q.V.

La Qualité de Vie / Ville-sur-Terre & Soulaines-Morvilliers

+

Gudmont-dit-non

à l’usine Derichebourg / Gudmont-Villiers

ADEQUATE

 

Association de Doulaincourt-Sau­court pour la Préservation de la Qualité de Vie dans le Canton