Gudmont-en-Champagne Un cas d’école et un retour de balancier dans la colonisation d’un territoire

Joinville-en-Champagne ! Une communauté de communes unique en France, bordée par deux poubelles nucléaires majeures, Bure et Soulaines-Morvilliers. Une « région aspirateur » où s’incrustent toutes sortes d’installations nucléaires, telles des métastases. Une cancérisation qui interpelle fortement, et sur l’impossible maîtrise du monstre nucléaire, et sur la piteuse conduite des élus. Gudmont-Villiers, au sein du bassin de Joinville-en-Champagne, là où la colère enfle contre une usine à déchets nucléaires. Une usine tour de passe-passe, et la goutte de trop dans le vase.

Une usine tour de passe-passe

 

 

BISON, tel est le nom donné par l’entreprise Derichebourg à son projet sur le territoire de Gudmont-Villiers. Révélateur, ce nom. On fonce, tête baissée, et tant pis pour les dégâts. Objectif : récupérer les matériaux radioactifs, de toutes sortes (pas que les ferrailles), générés par la destruction des vieilles installations nucléaires arrivées en fin de vie. Pour les décontaminer ? Pas du tout. Quasi 100% des volumes de déchets qui arriveraient dans ce BISON seraient, après manipulations, dirigés vers les poubelles nucléaires de Soulaines et Morvilliers. 

Mais alors, pourquoi cette usine ? Imaginons une industrie qui dès son origine, par orgueil et idéologie, balaie les questions qui fâchent (sûreté, coût, déchets). Quelques décennies plus tard arrive l’heure de vérité, et la facture longtemps cachée. Notamment sur les déchets radioactifs, que nul au monde ne sait gérer sérieusement. Et la déconstruction des sites nucléaires arrivés à bout de souffle génère des montagnes de déchets contaminés. A commencer par ceux qualifiés de TFA (très faible activité), par rapport aux plus « méchants », mais pourtant redoutables pour la santé par l’effet cumulatif des doses. Une poubelle a bien été créée, à Morvilliers (Aube en Champagne), mais ce que l’on se garde bien de dire au public c’est que les « responsables » (!) ont mal calculé la capacité nécessaire et que donc le site va prochainement être saturé. Alors, imposer ici ou là un énième dépotoir nucléaire ? Tentant, sauf que les analyses montrent que les populations ne s’en laissent plus conter, qu’elles ne se laissent plus abuser, qu’elles se rebiffent. Ne reste qu’une manipulation, tenter de diminuer les montagnes de déchets. C’est l’usine de Gudmont-en-Champagne, simple tour de passe-passe qui ne diminuerait en rien la contamination des déchets. Trier, cisailler, conditionner… gagner un chouilla de place pour un coût exorbitant de 10 millions d’euros (vous avez bien lu) rien que pour sa construction, et combien en plus en fonctionnement ?

 

A-t-on expliqué tout cela aux riverains, et bien au-delà ? Et les a-t-on informé des impacts sur l’image du secteur, sur le prix de l’immobilier, sur les effets des rejets radioactifs, sur le bilan carbone des innombrables transports ? Leur a-t-on dit que les soi disant filtres ne retenaient pas les gaz radioactifs ? Et que les déchets ne seraient pas que des TFA mais également de radioactivité plus intense ? Leur a-t-on dit que les bâtiments occuperaient moins d’un hectare alors que l’entrepreneur Derichebourg lorgne sur une surface dix fois plus importante, se gardant bien d’expliquer des projets inavouables ? A-t-on expliqué que ce prototype de Gudmont, s’il se faisait, ferait des petits ici et là à travers la France au vu des quantités phénoménales de déchets radioactifs attendus ? Plus de 2 millions de m3 rien que pour les déchets dits TFA (1) ! 

  

Indignes élu-e-s au trouble jeu

 

Transparence, concertation, participation. Jusqu’au président de la république qui prône ces valeurs, depuis le drame abject de Sivens. Ces valeurs, en ces terres champenoises où certains se croient encore à l’époque féodale, point de tout cela. La communauté de communes du « Bassin de Joinville-en-Champagne », présidée par JM.Fèvre, ayant compétence en « aménagement de l’espace » et en « développement économique », c’est elle qui pilote le dossier de Gudmont-Villiers. On s’attend donc à ce que les élu-e-s communautaires en aient débattu. Eh bien non (2) ! A tout le moins, les maires (59 communes) ont-ils reçu une information ? Là encore, même constat négatif. Féodalisme abâtardi. Et ça n’est pas tout. Début septembre, lorsque le Cedra a dévoilé l’affaire Gudmont, la municipalité du village a été questionnée si elle avait connaissance du projet. Main sur le coeur, à chacun et chacune de tomber des nues, mairesse en tête. Or, depuis, le pot aux roses a volé en éclats : contrairement à leurs affirmations, l’ensemble du conseil municipal - dont la mairesse D.Pouget - avait bien rencontré l’entrepreneur Derichebourg, invité par lui (et pas au fast-food du coin) voilà… 4 mois (le 24 mai) ! Avec consigne impérative de se taire. Pitoyable comportement, bafouant toute notion de démocratie acquise si chèrement par nos aïeux, et démonstration que la corruption morale ne gangrène pas que les hautes sphères électives.

 

 

Cette poignée d’élus approchés de telle manière, quelle qualité d’information ont-ils reçue ? Et en ont-ils d’ailleurs demandé pour se faire ainsi prendre à ce miroir aux alouettes ? Ajoutons qu’ils ne sont tristement pas les seuls. Le 9 février dernier, le conseil municipal de Joinville-en-Champagne se réunissait. Après que le maire B.Olivier (également conseiller départemental) ait apporté en fin de séance une information sur le projet de Gudmont, « les membres du Conseil Municipal décident, à l'unanimité d’approuver le soutien à ce projet d’installation sur le bassin Joinvillois, qui permettra la création de nouveaux emplois et le développement d’un nouveau secteur économique sur le territoire. » Là encore, sans aucune information technique, sans rien entendre et demander des tenants et aboutissants (3). Etonnant, non ? 

Etonnant : de naïveté, d’incompétence, ou de duplicité ? Voilà des élu-e-s, dans la grande région de Bure, qui se sont déjà fait berner de manière pathétique avec Cigéo, ce projet qui ne devait être à l'origine qu'un laboratoire et qui débouche sur une méga poubelle à déchets nucléaires (avec déjà la responsabilité de deux ouvriers tués). Des élu-e-s qui se sont fait berner par les sirènes d’un « accompagnement économique » cachant en réalité une sidérante nucléarisation du territoire. Une cancérisation insidieuse comme le connaît la région de Soulaines, qui pourtant aurait du leur ouvrir les yeux. Un tel gâchis, un tel échec cinglant devrait amener des élu-e-s responsables à s’éclipser, à laisser place à d’autres à l’éthique éprouvée. Ici ?

 

Mobilisation citoyenne remarquable

 

Sitôt informés de l’entourloupe Derichebourg/élu-e-s, les riverains ont fait preuve de réaction et d’énergie remarquables, rejetant très vite le hochet de l’emploi, agité pour justifier et faire passer toutes sortes de sombres desseins. De l’emploi gratifiant, oui, et c’est cela qui est attendu d’élu-e-s responsables, et non pas de l’emploi toxique comme s’annoncent ceux de la base dite de maintenance EDF à Saint-Dizier, ou ceux de l’invraisemblable Syndièse à Saudron, ou encore ceux que prépare la révoltante « formation » nucléaire du lycée Blaise Pascal à Saint-Dizier (quel échec quand on n’a que ça à offrir à la jeunesse), ceux d’une laverie nucléaire industrielle annoncée pour Joinville…

 

 

Gudmont-Villiers-en-Champagne, un cas d’école, l’affaire qui fait déborder le vase de l’exaspération. STOP au BISON muté de Gudmont, STOP à la laverie industrielle de Joinville, éradication de chaque verrue nucléaire, AGIR pour le retour de balancier dans la colonisation de ce territoire, pour un développement favorable et le retour de « la vie ici » 

Ø appel à soutenir la population locale par la création d’une association locale

ce mercredi 18H30 à Gudmont (salle des fêtes)

pour ne pas subir > AGIR !

 

Dernière minute

                * Gudmont-Villiers sur les ondes de RCF à l’occasion de l’émission ‘Durablement vôtre’ consacrée à Bure > ici  

                * Gudmont-Villiers sur les ondes de Radio Egrégore (avec pour autre thème Flamanville et l’EPR) > ici

 

 

(1)   la plaquette de présentation du projet BISON ? par l’entreprise Derichebourg > ici

(2)   sur le site de la communauté de communes ne cherchez pas les comptes-rendus de réunions, ils sont inexistants (ici), et par deux fois depuis le 19 septembre le Cedra en a fait demande, sans réponse à ce jour…

 

(3)    compte-rendu du conseil municipal du 9 février 2016 > ici à la page 29

Communiqué de presse commun

 

CEDRA

Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs / Haute-Marne & à Yeurs

EODRA

Association des Elus de Lorraine et Champagne-Ardenne Opposés à l'enfouissement des Déchets RAdioactifs et favorables à un développement durable

ASODEDRA

Association pour la sensibilisation de l’opinion sur les dangers de l’enfouissement des déchets radioactifs / Grand-Vosges

La Q.V.

La Qualité de Vie / Ville-sur-Terre & Soulaines-MorTvilliers