Nouvelle alerte en Champagne !

Exemple unique en France, la «Communauté de Communes du Bassin de Joinville-en-Champagne» (59 villages pour 13 500 habitants) se trouve délimitée et enclavée par deux poubelles nucléaires majeures.

 

Si Bure (à l’est) et Soulaines-Mortvilliers (à l’ouest) empoisonnent l’image de la région, et donc l’attractivité tant recherchée, une nouvelle installation nucléaire se trame à Gudmont (Haute-Marne). Tri et traitement des ferrailles issues des installations nucléaires seraient l’objectif.  

 

Déchets nucléaires

 

 

 

 

 

En effet, quelques lignes sibyllines dans la presse voilà quelques mois, et depuis plus rien… jusqu’à ce qu’une indiscrétion indique au Cedra que la commune de Gudmont (membre du Bassin de Joinville-en-Champagne) était dans l’œil du cyclone, concernée par l’implantation d’une usine qui traiterait des ferrailles contaminées par la radioactivité. Interrogés, des habitants des élus, tant locaux que communautaires, manifestèrent perplexité et stupéfaction face à une information qui manifestement a été mise sous le boisseau. Mais alors, pourquoi ce silence puisqu’il est garanti que la « transparence » est devenue la règle? Et quid des promesses du président de la république qui, suite au drame mortel de Sivens et aux travaux de la commission Richard, s’était engagé à ce que les populations soient impliquées, dès l’origine, dans tout projet qui pourrait avoir des répercussions environnementales ?

  • Sur les traces d’une arlésienne peu fréquentable

Questionné par le Cedra, le chef de la division régionale de l’ASN (autorité de sûreté nucléaire) assure que ses services n’ont été saisis d’aucune demande d’autorisation pour un tel dossier. Curieux, car on parle pourtant bien là de matières radioactives. Interrogée à son tour, c’est l’antenne départementale de la DREAL qui lèvera le voile : oui, il y a bien un projet dans le Bassin de Joinville-en-Champagne, dans le petit village de Gudmont précisément, dans la scierie Roux-Lambert abandonnée depuis quelques années. Un projet en lien avec les installations nucléaires du pays, avec réception de matériaux radioactifs, tri, conditionnement, pour envoi en recyclage et/ou en décharge. Pas une usine à bisounours, ce serait une très grosse installation et elle serait classée (ICPE), l’environnement nécessitant d’être protégé. Mais alors : -  pourquoi ici, à Gudmont et dans le Bassin de Joinville-en-Champagne, alors que des projets qui ont voulu émerger ailleurs, sous une forme ou une autre, se sont toujours vus rejetés par les populations ? Cette partie de la Champagne serait-elle déjà considérée comme une « région poubelle », destinée à tous les déchets nucléaires (cf la « colonisation » rampante du territoire Haute-Marne/Aube/Meuse) ?

-  qu’est-ce qui justifierait ce projet alors que ce genre de matériaux est jusqu’à présent strictement encadré par la législation, en étant considéré comme déchets, qui sont normalement sous le contrôle de l’autorité de sureté nucléaire (ASN) ?

-  pourquoi ce projet puisque les opérations annoncées (tri, conditionnement) pourraient parfaitement être réalisées dans les installations nucléaires où ils sont produits et où ils se trouvent, et où ils sont sous le contrôle de l’ASN ? De plus, les innombrables transports à travers le pays apporteraient quantité d’inconvénients (risques d’accidents, de contamination, bilan carbone, etc)  

-  quel serait le statut ICPE d’une telle installation : soumise à une simple déclaration ou au contraire sous le régime d’une autorisation (pour les installations présentant les risques ou pollutions les plus importants) ?

-   comment, sous prétexte d’une poignée d’emplois, accepter ce genre d’installation dans une vallée étroite, à proximité immédiate de captages d’eau potable et de deux voies d’eau ? Que deviendrait la Marne, à Gudmont par le traitement de ces ferrailles, puis ensuite à Joinville par le lavage des vêtements contaminés issus de l’ensemble des sites nucléaires français (après fermeture de la laverie industrielle de la Hague, elle est annoncée pour Joinville) ?

 

 

Cerise sur le mauvais gâteau, ce projet est porté par l’entreprise Derichebourg, une entreprise à propos de laquelle la presse relate régulièrement « scandales, corruption, pollution, accident ». Une société bien embarrassante qui coulerait définitivement tous les espoirs de valorisation du patrimoine naturel et l'attractivité du bassin de Joinville-en-Champagne.

Sans une mobilisation massive et immédiate de tous, ces projets vont immanquablement se multiplier au détriment de l’environnement et de l’image d’un département qui à une époque annonçait à ses portes que “La vie est ici”.

Accepte-t-on que soit prochainement annoncé « les déchets et ses cocktails de cancers associés sont ici » ?

 

 

http://www.leparisien.fr/espace-premium/essonne-91/

 

http://ippolito.unblog.fr/2014/04/26/yen-a-marre-de-la-corruption-9/-de-recyclage-accusee-de-pollution-24-02-2016-5572443.php

Communiqué de presse commun

CEDRA

Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs / Haute-Marne & à Yeurs

 

EODRA

Association des Elus de Lorraine et Champagne-Ardenne Opposés à l'enfouissement des Déchets Radioactifs et favorables à un développement durable

 

ASODEDRA

Association pour la sensibilisation de l’opinion sur les dangers de l’enfouissement des déchets radioactifs / Grand-Vosges

 

La Q.V.

La Qualité de Vie / Ville-sur-Terre & Soulaines-Mortvilliers

 

 

Jeudi 8 Septembre 2016